Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Architecture Inspiration Islande
Inspirations

Trouver l’inspiration en voyage : L’Islande

Quelle fantastique découverte ! Une terre hostile, rude, à l’apparence lunaire, mais qui a pourtant tellement à offrir. L’Islande a été pour moi, une véritable source d’inspiration et de créativité. D’ailleurs, ce pays regorge d’artistes qui viennent tous essayer d’être touché par cette magie.


Cette terre contrastée, de feu et de glace, aux pouvoirs naturels extraordinaires, m’a laissé dubitative. J’ai été fascinée par ces paysages longilignes, son calme, puis au contraire, ces surprenants vestiges de lave d’un volcan en sommeil. Cette terre sauvage a accepté d’accueillir en son sein, uniquement les éléments les plus bruts. Même ses quelques 300 000 habitants ont dû vivre avec le fait, que les parties majoritairement habitables du pays se situent le long des côtes.

 

 

L’Islande, le pays des aurores boréales, de la géothermie et de ces créatures légendaires tels que les elfes et les trolls. Cette terre volcanique isolée, mais qui est à la fois si réconfortante. Ce pays en avance sur son temps concernant l’écologie et la préservation de l’environnement. L’Islande possède une nature étonnante qui caractérise cette île et la rend également si singulière.

 

Jökulsárlón

 

Parmi ces paysages extraordinaires, peut-on parler d’architecture islandaise en Islande ?

 

A l’image du pays, l’architecture y est très disparate, un contraste entre moderne et rustique. Elle est en effet, le reflet de cette nature à la fois nuancée et unique. Perdu au milieu de ces grands espaces quasi désertiques, on peut apercevoir au loin une église en tourbe.

 

turf house

 

Dans les campagnes

 

Les « Turf Houses », ces demeures en symbiose avec la nature, sont des modèles écologiques et énergétiques. L’église Hofskirkja à Hof, faite de tourbe et de bois a été reconstruite en 1884 sur les fondations d’un édifice du 14ème siècle. Ces bâtisses au toit de pelouse sont un des principaux symboles de l’Islande. Ce type de bâtiment permettait une excellente isolation thermique. Ces maisons traditionnelles résistaient aux défis climatiques rudes. Leur construction nécessitait uniquement les ressources limitées offertes par le pays : de la tourbe et de l’herbe. Ce style de maison a dominé en Islande jusqu’au 20ème siècle.

Sur cette île quasi privée de forêts, le bois a été et reste une ressource naturelle très précieuse. Dû à l’occupation humaine, on note en 1950 que plus de 99% des forêts jadis présentes avaient disparues. Plusieurs tentatives de reforestation ont commencées depuis.

 

 

Et puis, il y a cet édifice hypnotique et solitaire, tout de noir vêtu, perdu entre champs de lave et montagnes enneigées. L’église de Búðir, Búðarkirkja, bâtie en 1703, fut par la suite de nombreuses fois détruites, puis reconstruite une dernière fois en 1987. Tous ces lieux, si mystérieux en Islande font partie du charme et de la légende collective du pays.

 

Black church iceland

 

Les habitants ont développé cette faculté de s’adapter aux défis naturels qui les entourent. Les islandais sont capables de construire sur des terrains uniques, comme de la lave qui se serait arrêtée de fumer. Vivre dans ce calme assourdissant, où seule l’eau qui ruisselle, nous rappelle que ce pays vit en harmonie avec cet élément puissant. L’eau qu’on trouve en Islande a d’ailleurs la réputation d’être la plus pure au monde.

 

 

Dans la capitale, Reykjavík

 

Dans la ville de Reykjavík, ou « la baie des fumées », on retrouve ici l’architecture typique des pays nordiques. Des constructions symétriques, aux toits bas et aux couleurs vives très prononcées. La capitale la plus septentrionale nous offre également un arrière-plan magnifique sur les sommets enneigés. C’est au 18ème siècle, que la ville a commencé son développement urbain sous la couronne danoise : les débuts de l’architecture locale. Des maisons en pierres ont commencé à émerger dans la capitale, mais aussi dans les campagnes, remplaçant petit à petit les « Turf Houses ».

 

 

Dans les années 1860, c’est l’émergence de la tôle ondulée. Le design des habitations change pour ce nouveau matériau importé par les marchands anglais contre de la laine islandaise. Même si jugé peu esthétique, il convenait vraiment bien aux conditions climatiques et il a donc été largement adopté. On peut encore aujourd’hui observer ces maisons en tôle  ondulée partout en Islande, peintes de mille et unes couleurs.

 

 

Puis, il est impossible de visiter Reykjavík, sans monter tout en haut de la majestueuse Hallgrímskirkja. Cette église luthérienne a été construite entre 1945 et 1986. Elle fut imaginée par Guðjón Samúelsson. Cet architecte très connu en Islande, a créé de nombreux édifices pour le pays. Son objectif était de concevoir des bâtiments en coalition avec la nature islandaise aussi bien, sur le plan esthétique, que sur celui de la conception (matériaux utilisés). En tant qu’architecte national, il a définitivement influencé le paysage islandais et notamment celui de Reykjavík.

Son oeuvre Hallgrímskirkja située en plein centre de la capitale, a été inspirée par les orgues basaltiques, un phénomène géologique formé à partir d’éruptions de lave. On peut observer ces colonnes volcaniques naturelles à divers endroits en Islande.

 

Hallgrímskirkja

 

Comment parler de Reykjavík, sans parler d’un autre de ses édifices phares : Harpa. L’inauguration de cette gigantesque salle de concert a eu lieu en 2011. C’est un bâtiment démesuré, imaginé pour symboliser l’amour des islandais envers leur culture musicale. La construction a débutée en 2007, mais fut vite frappée par la crise financière de 2008. Elle a finalement repris en mars 2009.

 

Harpa Iceland

 

Cette salle a été dessinée par les cabinets d’architectes Henning Larsen (danois) et Batteríið Architects (islandais). C’est en revanche, Einar Thorsteinn Asgeirsson, architecte et visionnaire islandais et Ólafur Elíasson, artiste et designer danois qui ont imaginé la façade. La structure métallique recouverte de panneaux de verre fait miroiter des reflets turquoise, orange et émeraude, au dedans comme au dehors. Cette oeuvre d’art a pour but de laisser entrevoir la nature islandaise.

 

harpa iceland

 

Concernant la forme donnée aux vitraux, il existe deux écoles. Certains disent qu’ils représentent, comme Hallgrímskirkja des colonnes de basaltes, signature de Ólafur Elíasson et de son amour pour la nature nordique. D’autres disent que ces volumes viennent plutôt de l’imaginaire de Einar Thorsteinn Asgeirsson et de sa passion pour les formes géométriques.

Pour moi, peu importe. Je trouve le lieu juste envoûtant. Ces quasi-briques en trois dimensions, s’imbriquant les unes dans les autres, si parfaitement, pour ne laisser aucun espace vide. La combinaison de ces modules réguliers et irréguliers peut donner l’aspect d’un résultat chaotique et imprévisible, tout comme l’est l’environnement islandais.

 

 

Les panneaux de verre du Harpa réagissent différemment en fonction de la météo et de l’heure de la journée. Un petit peu comme nos émotions, teintées de différentes nuances le long de la route à travers l’Islande. Tantôt bleu vers Jökulsárlón, noir à Vík í Mýrdal, orange à Geysir, blanc à Þingvellir et même multicolore à Skógafoss.

 

En définitive, pourquoi ce pays m’a tant séduit ?

 

C’est cette dualité qui m’a frappé en Islande. C’est-à-dire que tout y est à la fois calme et tempête, chaud et froid, blanc et coloré… Puis, les couleurs aussi. Dans ma décoration, j’ai une grande tendresse pour le bleu sous toutes ses nuances. Dans ce pays, il se décompose de mille et unes façons selon l’heure de la journée, ou l’endroit où l’on se trouve. J’aime également les formes épurées, brutes et c’est ce qu’on retrouve dans les paysages de cette terre de feu et de glace. Il n’y a pas de superflu dans la nature islandaise. Il n’y a que le nécessaire, qui au final, donne un rendu à la fois nostalgique et chaleureux. On s’y sent comme dans un cocon paisible.

L’Islande est le reflet de mon motto, Wild & Wise : une nature sauvage, puissante et indomptée ! Avec néanmoins, cette part de silence pour la réflexion et la prise de conscience. L’architecture elle aussi peut paraître désordonnée, mais on réalise en fait que tout à sa place, qu’il y a un sens dans ce chaos. Les matériaux utilisés le sont pour une bonne raison, ainsi que les formes empruntées.

 

C’est donc pour toutes ces raisons et bien plus encore, que ce pays magnifique m’inspire et que j’ai décidé de le partager avec vous.
Pour illustrer mes propos, voici un court battement de vie illustré en images…

    
 
 
 


Musique proposée par La Musique Libre
Ehrling – Adventure : https://youtu.be/c9Yrf9OILvI
Ehrling : https://soundcloud.com/ehrling
Vidéo filmée, montée et réalisée par ©Wild’n Wise Design

14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *